SONG DU NORD ET SONG DU SUD

SONG DU NORD ET SONG DU SUD
SONG DU NORD ET SONG DU SUD

SONG DU NORD (960-1126) & SONG DU SUD (1127-1280), dynasties chinoises

On distingue les Song du Nord (960-1126), dont la capitale est à Kaifeng et qui contrôlent toute la Chine mis à part ses marches septentrionales (empires des Liao et des Xixia) et le Sud-Ouest (royaume de Dali); et les Song du Sud (1127-1280), qui depuis leur capitale Hangzhou ne règnent plus que sur la Chine au sud de la Huai et sur le Sichuan. Le fondateur des Song, Zhao Kuangyin (empereur Taizu, règne: 960-976) est un général des Zhou postérieurs poussé sur le trône par la garde impériale. Ses deux grandes réalisations sont la réunification de l’empire (achevée par son frère Taizong; règne: 976-997, et le retour à un gouvernement centralisé dominé par le pouvoir civil: il obtient de tous les «gouverneurs militaires» (jiedushi ) hérités des régimes précédents — ses anciens collègues — qu’ils abandonnent leurs prérogatives en échange d’une retraite dorée à la capitale. Le recrutement des bureaucrates par voie d’examens compétitifs et ouverts connaît sous les Song un développement sans précédent. Les forces armées, étroitement contrôlées par le centre, se composent de soldats professionnels. Déployées face à l’empire Kitan des Liao (au nord) et à l’État Tangut des Xixia (au nord-ouest), elles atteignent le million d’hommes au milieu du XIe siècle. Le financement de la défense est d’une certaine manière le problème dominant sous les Song; il est à l’origine d’une inventivité fiscale qui a peu d’exemples dans l’histoire de l’empire, mais qui crée aussi de sérieuses tensions dans la société. Si les relations avec les Kitan se stabilisent après le traité de Shanyuan (1004), qui oblige les Song à livrer un tribut annuel, la guerre avec les Xixia sous le règne de Renzong (1022-1063) laisse l’empire exsangue. Les réformes drastiques proposées par le ministre Wang Anshi et soutenues par l’empereur Shenzong (1067-1085) visent à sortir de la crise en rationalisant la fiscalité, en accroissant les ressources de l’État, en favorisant le développement des forces productives et en réorganisant l’armée de telle sorte qu’elle soit moins coûteuse et plus efficace. Si les «nouvelles lois» de Wang Anshi, qui suscitent l’opposition passionnée de nombreux milieux menacés dans leurs intérêts, sont officiellement abrogées après la mort de Shenzong, elles ont néanmoins résorbé le déficit des finances de l’État; en fait les «novateurs» reviennent bientôt au pouvoir et mènent une politique se réclamant de Wang Anshi, jusqu’à ce que la chute de Kaifeng (1126) les discrédite définitivement dans l’opinion. C’est également de Wang Anshi que date le pouvoir quasi dictatorial dont jouissent les Premiers ministres jusqu’à la fin des Song.

Ces derniers sont chassés de Chine du Nord par une peuplade apparue en Mandchourie, les Jürchen, dont la dynastie Jin a préalablement balayé les Liao. Une capitale définitivement «provisoire» est établie à Hangzhou. Si l’irrédentisme anti-Jin domine d’abord, les difficultés et le coût de la guerre sont tels que le «parti de la paix» dirigé par le ministre Qin Kui s’impose bientôt. Un traité est conclu avec les Jin, mais cette paix chèrement acquise et considérée comme honteuse par la tradition sera maintes fois brisée: en fait la Chine des Song du Sud est en état de guerre plus ou moins permanent. L’extraordinaire développement d’une économie marchande branchée sur le commerce extérieur, l’opulence de la capitale, la vie intellectuelle et artistique brillante des métropoles du bas Yangzi peuvent masquer la crise économique qui s’aggrave dans l’empire: fiscalité écrasante, émissions désordonnées d’assignats, inflation, révoltes populaires. Cet empire politiquement et économiquement affaibli n’en résistera pas moins avec acharnement aux Mongols, qui ont anéanti l’empire des Jin (avec l’aide des Song) en 1234. Les Mongols contournent d’abord le territoire des Song par l’ouest (Sichuan et Yunnan); en 1273 la chute de Xiangyang leur ouvre le moyen Yangzi; Hangzhou ne tombe qu’en 1279. Leur victoire a nécessité de larges emprunts à la technologie militaire des Song (explosifs, techniques de siège, guerre navale).

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • Song du Sud — Dynastie Song Pour les articles homonymes, voir Song (homonymie). Histoire de la Chine …   Wikipédia en Français

  • Song du Sud (420-479) — Dynastie Song du Sud Dynasties du Nord et du Sud (420 589) Dynasties du Sud : Dynasties du Nord : Song du Sud Qi du Sud Liang Chen Wei du Nord Wei de l Est Wei de l Ouest Qi du Nord …   Wikipédia en Français

  • Dynastie Song du Sud (420-479) — Dynastie Song du Sud 劉宋 (zh) 420 – 479 Territoire approximatif des Wei du Nord (en bleu) …   Wikipédia en Français

  • Dynastie Song Du Sud — Dynasties du Nord et du Sud (420 589) Dynasties du Sud : Dynasties du Nord : Song du Sud Qi du Sud Liang Chen Wei du Nord Wei de l Est Wei de l Ouest Qi du Nord …   Wikipédia en Français

  • Dynastie des Song du Sud — Dynastie Song du Sud Dynasties du Nord et du Sud (420 589) Dynasties du Sud : Dynasties du Nord : Song du Sud Qi du Sud Liang Chen Wei du Nord Wei de l Est Wei de l Ouest Qi du Nord …   Wikipédia en Français

  • Dynastie song du sud — Dynasties du Nord et du Sud (420 589) Dynasties du Sud : Dynasties du Nord : Song du Sud Qi du Sud Liang Chen Wei du Nord Wei de l Est Wei de l Ouest Qi du Nord …   Wikipédia en Français

  • Dynastie Song du Sud — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La dynastie Song du Sud (420 479) est une dynastie de la période des Dynasties du Nord et du Sud. La dynastie Song du Sud (1127 1279) est la seconde… …   Wikipédia en Français

  • Song Qinzong — Qinzong (23 mai 1100 – 14 juin 1161), né Zhao Huan, est le neuvième empereur de la dynastie Song, et le dernier des Song du Nord. Il monta sur le trône en janvier 1126, après que son père, Huizong, eut abdiqué devant la menace jürchen. Son règne… …   Wikipédia en Français

  • Song Bing — (en chinois : 宋帝昺) (1271 – 19 mars 1279) fut le dernier empereur de la dynastie Song. Il est également connu sous le nom de Seigneur de la Nation Perpétuelle (en chinois : 永國公 yongguo gong). Né Zhào Bǐng (趙昺), il est le fils de l… …   Wikipédia en Français

  • Song — Dynastie Song Pour les articles homonymes, voir Song (homonymie). Histoire de la Chine …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»